EDITO du 16 Décembre 2016

2016, année bouleversante

Depuis la parution de notre dernière newsletter, début octobre, « un président raciste, imprévisible et misogyne, qui défend une Amérique blanche isolée du monde » a été élu dans la première puissance du monde développé. « La révolte « du peuple » contre les élites est complète, l’ordre mondial libéral est sens dessus-dessous[1] ». 

Depuis la parution de notre dernière newsletter, gageons que vous avez été soumis à un flux ininterrompu d’informations, d’articles et d’analyses en tous genres. L’époque que nous vivons est malheureusement sans doute historique, conjonction de crises environnementales, d’affrontements armés, de migrations, de crispations identitaires, de montée des populismes et de remise en question de la démocratie… Brrr… n’en rajoutons pas.

Le monde libéral s’écroule et Alep est sous les bombes, dans ces conditions, pourquoi continuer à vous envoyer notre bien humble newsletter, que vous ne lirez que si vous avez le temps, ce qui est fort improbable ? Parce qu’il est plus important que jamais de tenter de saisir le monde et ce qui se passe autour de nous. Les signes les plus anodins en apparence sont en lien avec de puissants mécanismes qui parfois nous broient. Le GRAIN, minuscule comme son nom l’indique, explore la réalité locale pour tirer des fils de compréhension globale.

Par exemple. De tous temps, certains hommes en ont dominé d’autres. Ces dominés ont cherché à « tirer leur épingle du jeu de façon individuelle », ou bien ils se sont soumis, ou bien ils ont tenté de résister collectivement. Louise Méhauden explore, avec nuances, cette thématique de la domination et son versus, l’émancipation, à la lumière de deux politiques sociales telles qu’elles se vivent en Belgique, sur les terrains de l’insertion socioprofessionnelle et des projets de banques alimentaires.

Une autre voie de l’émancipation, ce sont les apprentissages. Mais aujourd’hui, la formation des travailleurs est promue avant tout dans une optique de développement économique. Et celui-ci laisse sur le carreau des pans entiers de la société. Bruno Uyttersprot développe une réflexion autour de la notion d’apprenance, afin de nous faire comprendre comment et à quel moment tout a basculé.

Si la formation est devenue un réel « marché », certains jeunes refusent de se lancer dans la surenchère des compétences à haute valeur économique ajoutée pour se recentrer sur ce qui leur semble essentiel et pourtant négligé par « les dominants » : l’environnement, la production d’aliments de qualité, le lien social, le soin porté à notre terre nourricière. Martine De Keukeleire a rencontré pour nous ces néo-ruraux bruxellois, qui remettent en question la valeur travail ou tentent de lui redonner un sens.

Pendant ce temps-là, l’école elle aussi ne cesse de se remettre en question. Le même week-end des 19 et 20 novembre avait lieu, à l’instigation du mouvement « Tout Autre Chose » la grande rencontre des initiatives « Une Tout Autre Ecole ? Créons-la!». Nous sommes fiers de dire que nous y avons contribué. Nous ne pouvons que vous encourager à participer aux réflexions de ce groupe citoyen en suivant ce lien. Non loin de là, les acteurs du Pacte pour un enseignement d’excellence se réunissaient pour produire le volumineux document appelé « Projet d’avis numéro 3 ». Il est trop tôt pour dire ce qu’il en adviendra mais on peut toujours relire ce document à la lumière des analyses parues dans la Revue Nouvelle de septembre consacrée au thème : Libérer l’école d’elle-même, dont est extraite la contribution de Francis Tilman intitulée : Entrer dans la réforme par les enseignants.

C’est la fin de l’année, nous nous apprêtons pour la plupart à nous réjouir en famille… N’oublions pas cependant de garder un œil ouvert sur le monde… En solidarité avec les êtres humains, proches ou lointains, plongés dans la tourmente de transitions qui s’annoncent violentes !

L’équipe du GRAIN

[note 1]Nous nous inspirons ici librement d’un article de Javier Lopez paru dans La newsletter de Social Europe du 13 décembre, Europe And The Globalization Of Unrest, https://www.socialeurope.eu/2016/12/europe-globalization-unrest/#

quiNous sommes un collectif pluraliste d’acteurs de terrain, de praticiens-chercheurs en sciences humaines et de pédagogues spécialisés dans la construction d’interventions, d’analyses et d’outils permettant d’une part de mieux comprendre les réalités et enjeux contemporains des rapports sociaux et, d’autre part, d’influer sur ceux-ci dans une visée d’émancipation pour tous.

Par notre travail, nous souhaitons pointer et comprendre les mécanismes qui empêchent l’émancipation et, à contrario, ceux qui la permettent ou la favorisent en mettant en débat une diversité de points de vue, en analysant des discours et des pratiques, en se mettant à l’écoute des terrains du social et en privilégiant une approche pluridisciplinaire. lire la suite

sur facebook: https://www.facebook.com/legrain.1980